La perception produit

La perception produit

 

Processus de perception

La perception désigne l’ensemble des mécanismes ou processus physiologiques et psychologiques dont la fonction générale est la prise d’information dans l’environnement ou dans l’organisme lui-même, ainsi que le traitement de l’information sensorielle. Le processus comporte 4 phases :

L’attention à l’information :

Nous captons grâce à nos sens : la vue, l’odorat, le goût, l’ouïe et le toucher qui sont nos 5 sens traditionnels. Il y a de nombreux autres dispositifs de détection, ou récepteurs internes : Taux de sucre, pression sanguine… Ces derniers étant considérés comme des systèmes « inconscients », ils ne sont pas étudiés en psychologie, mais dépendent plutôt de la biologie ou de la physiologie. Nos sens sont donc de véritables capteurs, qui nous transmettent de l’information. Mais à la différence d’une machine (sans intelligence artificielle) qui renvoie à l’objectivité et à la neutralité, nous interprétons les informations qui nous parviennent.

L’interprétation des informations :

Nous donnons du sens à ces informations en fonction de nos expériences. Nous recevons, sélectionnons, organisons et interprétons divers stimuli et messages en fonction de notre expérience, de notre culture, de notre mode de pensée ou de nos schémas mentaux (biais, préjugés…). En quelque sorte, nous faisons une lecture de la réalité, et chacun d’entre nous, a sa propre lecture du monde qui l’entoure. L’environnement et l’état psychique dans lesquels nous sommes au moment où nous recevons ces informations sont également très influents sur notre perception et notre interprétation. La phase d’interprétation est une édulcoration de la réalité. Une même information sera interprétée différemment selon les individus, et c’est bien ce qui fait toute la richesse de l’humain. Dans le cadre de nos tests d’expérience produit, la subjectivité de chaque individu rend l’exercice complexe. D’une manière générale, il est dangereux de prendre des décisions qui reposent sur un petit nombres d’avis.

La compréhension et la mémorisation

 

hexasens - la perception produit

 

La perception produit

 

Perception du poids

Influence de la couleur et de la taille sur le poids

Les objets de couleur foncée sont considérés comme plus lourds qu’ils ne le sont réellement. Cette erreur d’appréciation de poids s’applique également aux objets de grande taille : les objets de grande taille sont considérés comme plus lourds quand le client n’a pas d’autres informations disponibles, telles que des faits réels concernant la densité ou la structure de l’objet.

Influence de la position d’un objet sur le poids

Il existe également un effet « haut-bas, gauche-droite » : les objets placés en haut d’une photo ou d’une affiche publicitaire apparaissent plus légers que ceux placés en bas. Cette erreur de perception peut s’expliquer par la gravité : l’expérience montre que lorsque quelque chose résiste à la gravité, il pèse moins lourd. De plus, les objets apparaissent plus légers s’ils sont placés à gauche plutôt qu’à droite. La raison en est le sens de lecture du client et la loi de l’effet de levier (Felser, 2015).

Le poids synonyme de qualité

Le poids renvoie également une impression de solidité et de qualité. De nos jours, l’emploi de carbone ou de titane démontre que l’on peut avoir un produit rigide et de qualité, mais nous gardons toujours cet ancrage du poids synonyme de solidité. Lorsque l’on saisi un objet, nous nous faisons une idée du poids du produit. Par exemple, vous saisissez un nouveau smartphone dans un magasin. Avant même de l’avoir en main, vous avez une idée de son poids. Si le produit est extrêmement léger par rapport à votre référentiel, cela peut engendrer une rupture de cohérence.

Lors de la conception d’un produit, la masse du produit est donc une question fondamentale.

Perception de volume ou de surface

Comme pour la masse, La couleur joue un rôle dans la perception d’une taille. Les produits de couleurs vives ont plutôt tendance à être surestimés concernant leurs volumes ou leurs surfaces. Lors de l’estimation du volume, le client peut sous-estimer l’espace au sol et surestimer la hauteur de l’objet.  Prenons l’exemple d’une boisson : Une boisson servie dans un verre haut et fin influencera notre perception, et avantagera l’impression de volume et donc de quantité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *